Ce que nous avons appris de la pandémie

Novembre----2021

En 2020, le monde a été témoin d’un événement qui nous a appris à remettre en question les limites de toute réalité.

Du jour au lendemain, la vie de millions de personnes a été bouleversée, transformant leur façon d’aborder les relations sociales, autant privées que professionnelles. Ce changement a été provoqué par une double exigence : une exigence transversale, c’est-à-dire qui s’applique à tous les êtres humains de la même manière, et une exigence structurelle, qui a été mise en place pour tenter de pérenniser le système qui, aujourd’hui, est la base de notre survie.

Dans l’enceinte de nos foyers, nous avons dû générer une nouvelle conscience, pleine de nouvelles nuances. Les réseaux sociaux se sont définitivement imposés comme un nouveau moyen de communication. Les sites de commerce électronique ont trouvé là l’opportunité de pénétrer l’esprit des nouveaux consommateurs, de gagner leur confiance. Sur le plan émotionnel, nous avons expérimenté de nouvelles formes d’empathie, de solidarité : nous avons applaudi le travail de ceux qui ont dû continuer à travailler, malgré les circonstances ; nous avons acclamé les soirées du quartier depuis nos fenêtres. Bien sûr, nous avons également dû faire face à de nouveaux conflits, de nouveaux défis nés de besoins nouveaux et anciens. 

Sans quitter nos domiciles, nous nous sommes lancés dans la chasse à la tempête dont nous essayons encore d’apprendre à lire tous les signes. Et nous avons transformé  notre maison, notre foyer, en centre d’opérations.

Aujourd’hui, plus que jamais, nous sommes conscients des routines émergentes. La nouvelle normalité a conservé les anciennes habitudes, ce qui est tout à fait naturel, mais elle n’a pas effacé le sentiment qu’un changement profond se prépare au sein des sociétés. Peu de gens savent en quoi consistera cette perturbation ; cependant, il existe un objectif commun : être prêt à relever les défis du nouveau monde.

Des bureaux dans les salons, des salons dans les bureaux

La formule du télétravail, par exemple, a ouvert un débat sur la convergence des intérêts de nombreux salariés et entreprises. Si cela existait déjà, notamment dans le secteur du freelance, l’image de l’employé travaillant confortablement depuis un bureau ou son salon n’avait pas encore été créée. 

La fin des restrictions a mis la question sur le devant de la scène, et les avantages et les inconvénients ont été immédiatement mis sur la table : d’une part, l’amélioration de la qualité de vie des employés ou l’économie de certains coûts pour les organisations ; d’autre part, les processus liés au flux de synergies, au travail d’équipe, aux relations interdépartementales ou à la communication en général ont été diminués par l’isolement des individus.

Les circonstances sont spécifiques, en fonction du secteur auquel nous avons affaire ; mais elles sont, en même temps, suffisamment transversales et structurelles pour qu’il soit indispensable de s’arrêter et de réfléchir à la question de savoir si les années à venir apporteront une sorte de révolution dans les paradigmes des relations industrielles. Et nous devons nous tenir prêts à affronter cette situation. 

S’il y a une chose que nous avons apprise pour notre part, c’est que les êtres humains aiment se sentir proches de chez eux, souvent même dans nos moments les plus productifs. En tant qu’entreprise, nous voulons nous assurer que, lorsqu’il n’est pas possible de rapprocher le travail du domicile, nous pouvons au moins rapprocher le domicile du travail. Comment ? Eh bien… asseyez-vous et appréciez.

Les conclusions d’une année qui durera toute une vie

D’une manière générale, nous avons appris à ne pas prendre les choses pour acquises.
Nous ne pouvons pas cesser d’élargir les horizons, car l’horizon lui-même est inatteignable.
Concevoir, donc, d’autres points de vue, forger d’autres perspectives, apporter d’autres significations.
Regarder la nature droit dans les yeux, avec le défi et le respect que l’on doit à quiconque peut tant donner et, en même temps, tout prendre.
Pour repenser nos normes de cohabitation, pour voir comment nous pouvons être si proches un jour et complètement étrangers le lendemain.
Cette réalité est un abîme impénétrable sur lequel nous ne pouvons que jeter un peu de lumière, de nos mains expertes.

 

Histoires de Pattio

Artisanat et design main dans la main vers un nouveau mode de consommation

Un voyage en quête d’inspiration