Un voyage en quête d’inspiration

Novembre----2021

Qu’est-ce que l’inspiration ?

L’inspiration est ce que nous associons à un élan de créativité. C’est l’étincelle qui naît de la connexion spontanée des idées. Elle peut durer une seconde, un jour ou dix ans, mais elle est presque toujours perçue comme un moment éphémère, dont nous savons qu’il aura – ou a déjà – une fin.

Nous la percevons comme quelque chose de presque accidentel, d’inattendu et même d’inexplicable :  un inconnu  plane au-dessus de nous ou  nous tombe dessus et nous devons l’accueillir ; les décisions que nous prenons pour affronter cet inconnu détermineront le degré d’inspiration qui nous a souri. 

Sa brièveté fait que le concept d’inspiration est entouré d’un halo d’excellence dont les gens se sentent souvent éloignés. Normalement, nous associons l’inspiration à des termes tels que l’intuition, la révélation, l’imagination, des choses auxquelles tout le monde ne doit pas s’identifier, ni de manière continue ni de manière transitoire. 

Mais croire que le don des muses (ou du « duende », comme on dit en Andalousie) n’est réservé qu’à quelques illuminés, c’est fermer les yeux sur le véritable sens de la recherche de l’inspiration. Ce n’est pas quelque chose de nouveau, mais il faut remonter à l’origine même du mot pour se rendre compte de ce qu’il signifie réellement, ainsi que pour découvrir qu’il est lié à plus de domaines de notre vie que nous ne le pensons.

La nature de l’inspiration

Le mot « inspiration » signifie littéralement « être respiré », et son origine remonte à la Grèce antique. À cette époque, deux aspects aussi importants l’un que l’autre de sa cause coexistent, à savoir le rituel et le divin. 

L’avènement des Lumières a permis de conclure  que l’inspiration représentait, dans une certaine mesure, un processus aléatoire mais entièrement naturel d’association d’idées.

Enfin, les thèses psychologiques modernes ont déterminé que l’inspiration émanait des conflits intérieurs et des traumatismes, tandis que les théories matérialistes s’opposaient, entre celles qui trouvaient la source d’inspiration à l’intérieur de l’être humain et celles qui la trouvaient à l’extérieur de l’être humain.

Ce qui nous est inévitablement parvenu aujourd’hui est un condensé de toutes ces significations, alors laquelle est la vraie ?

1. L’inspiration est comprise comme faisant partie du processus de création

L’inspiration peut être considérée comme un coup fortuit venu de nulle part, révélant certains des secrets infinis cachés dans l’univers.  Ce serait l’équivalent de recevoir le souffle d’un dieu. 

Cependant, alors qu’aujourd’hui cela n’impliquerait plus nécessairement la consommation de vapeurs narcotiques qui étaient apparemment courantes à l’époque hellénistique, il est plus courant de trouver l’inspiration par le biais de rituels. Ce rituel prend la forme d’une habitude, et c’est celle du travail et de l’effort. Nous ne devons pas attendre que l’inspiration vienne à nous, mais nous devons la rechercher activement nous-mêmes.

Depuis plus de deux ans, Pattio se développe jour après jour avec détermination, avec constance, avec minutie, avec la conscience de ceux qui savent que l’inspiration n’est qu’un moyen technique de plus pour donner une identité et insuffler de la vie aux projets.

2. La métaphore de l’ancre et de l’hameçon

En effet, l’inspiration trouve sa force dans la corrélation des idées. Nous avons tendance à chercher un lien solide entre des concepts apparemment éloignés les uns des autres. Le moyen le plus sûr d’y parvenir encore et encore est d’apprendre à discerner  les symboles qui renforcent une perspective, qui aident à établir un point de mire (les ancres) de ceux capables de captiver par leur beauté, mais trop fragiles pour durer dans le temps, et qui peuvent vous lâcher à tout moment (les crochets).

Une autre analogie serait la distinction entre la voix des muses et le chant des sirènes.

L’inspiration de Pattio est ancrée dans la pureté et l’élégance du Sud ; dans la lumière, la couleur et la chaleur d’une terre aux nuances infinies, adaptée à tous les espaces et satisfaisant les goûts les plus exquis. 

3. Savoir comment déjouer les vices et écarter les insécurités

Nous ne devons pas oublier que nos défauts font aussi partie de notre identité et que, s’ils sont là, c’est précisément parce que nous avons de véritables vertus. La zone où convergent les vices et les vertus est la zone où nous trouvons, ce qui nous rend unique et nous permet de considérer les circonstances à partir d’un prisme auquel personne d’autre ne pensera jamais. Cela ne veut pas dire que notre point de vue est meilleur ou pire, ou que nous ne pouvons pas prendre des repères pratiques pour ce à quoi nous aspirons. Il nous aide simplement à ne pas nous laisser emporter par les attentes irréalistes des autres et à construire les nôtres. 

Il est indéniable que Pattio est né des qualités qui ont fait de Forma 5, sa marque mère, la valeur sûre du mobilier de bureau depuis 40 ans. Pattio arrive cependant pour apporter une identité forte aux espaces et aux nouveaux besoins du marché. 

Histoires de Pattio

Artisanat et design main dans la main vers un nouveau mode de consommation

Ce que nous avons appris de la pandémie